24.4 C
New York
jeudi, juillet 7, 2022

Buy now

jeudi, juillet 7, 2022

de nouveaux cépages plus résistants au mildiou

A Monestier, en Dordogne, les viticulteurs Julien et Gabriel Cuisset testent depuis 2014 des cépages issus de la recherche scientifique plus résistants aux maladies . Sauvignac, Muscaris, des noms nouveaux dans le catalogue viticole français, qui pourraient bien devenir les vins de demain.

Cette année encore, le vignoble bergeracois et en souffrance. Avec la météo pluvieuse de début d’été, le mildiou, champignon qui attaque les feuilles de vigne est encore très présent. 

A Monestier comme dans toute la Dordogne, le mildiou attaque particulièrement les vignes cette année

© F.ROULIES / France 3 Aquitaine

Lassés par les attaques à répétition, Julien et Gabriel Cuisset, décident en 2014 de planter deux parcelles bio à Monestier.

Ils testent ainsi de nouveaux cépages bien plus résistants aux maladies comme le sauvignac, mélange de riesling et de sauvignon blanc. De par leur ascendance sauvage, ces plants ont développé un mécanisme de résistance, comme l’explique Gabriel Cuisset : « la plante cesse d’alimenter les cellules autour de la tâche ce qui déssèche une partie de la feuille, et comme il n’y a plus de sève, la maladie qui est dessus n’est plus alimentée. »

C’est génial, c’est la nature qui résiste toute seule !

Gabriel Cuisset, viticulteur 

Tout comme le sauvignac, le muscaris a été découvert par des chercheurs suisse et allemand. Planté en culture biologique, il nécessite qu’un minimum de traitement à base de bouillie bordelaise et de cuivre. Julien Cuisset, le constate malgré une saison difficile, la parcelle de muscaris a reçu cinq fois moins de traitement que les autres parcelles : « cette année a été très compliquée et c’est là que l’on voit vraiment le potentiel du cépage. « 

Cette parcelle a reçu trois traitements, quand les autres parcelles en ont reçu une quinzaine.

Julien Cuisset, viticulteur

L’Institut National de la Recherhe Agronomique, la Chambre d’Agriuclture ainsi qu’AgroBio-Périgord suivent de près ces cépages test. C’est via la plateforme OsCar, de l’Observatoire nationaal du déploiement des cépages résistants, qu’ils communiquent leurs obervations et leurs résultats. Si les cépages sont résistants, ils sont ajoutés au cahier des charges. Un cahier des charges qui pour l’instant interdit de prendre l’appellation Bergerac. 

Ces premières bouteilles, fruits de cépages plus résistants, cultivés en agriculture biologique sont certainement les vins du futur. 

Des cépages cultivés en agriculture biologique qu’il faut tout de même boire avec modération

© F.ROULIES / France 3 Aquitaine

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,381SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles