15.6 C
New York
samedi, octobre 1, 2022

Buy now

La Gambienne Sona Jobarteh, griotte parmi les griots

Sona Jobarteh lors d’un concert au New Morning, à Paris, en novembre 2019. DANIEL PIER / NurPhoto via AFP Partager

Traditionnellement, chez les griots d’Afrique occidentale, ce sont les hommes qui manient les instruments jumeau que les femmes chantent.

Mais désireuse de bouleverser les codes, Sona Jobarteh a demandé à son père de lui apprendre à jouer de la kora. Aujourd’hui, elle est la première femme à connaître un succès international avec cet instrument.

Lire aussi Musique. Manal, la pop au Maroc et au-delà Le soutien d’un père

Lorsqu’elle était enfant, être une fille l’agaçait : elle voulait qu’on la traite comme les garçons. Elle était passionnée de foot, qu’elle pratiquait encore plus que la musique. “Et puis j’ai compris que même en étant très bonne, je resterais toujours dans l’équipe féminine, qui était plutôt nulle à l’époque. Je me suis dit que je n’avais aucune chance de percer, et dans la musique rien plus. Je ne voulais pas être mise à l’écart et qu’on me dise que j’étais douée… pour une femme.”

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Doit lire