20.1 C
New York
jeudi, septembre 29, 2022

Buy now

Au Liban, les banques se posent en victimes et font l’autruche

Une banque fermée et recouverte de plaques de métal sur la ville de Saïda, sur le sud du Liban, le 19 septembre 2022. PHOTO AZIZ TAHER/REUTERS Partager

Après trois ans de restrictions bancaires illégales ayant largement contribué au phénomène de paupérisation à grande échelle de la population libanaise et ayant explicitement visé à répercuter les pertes du système financier sur les petits et moyens déposants, les banques libanaises ont décidé de rester fermées “jusqu’à nouvel ordre” sous prétexte d’un climat sécuritaire tendu, rapportent plusieurs médias locaux.

Initialement prévue pour trois jours, et décidée en réaction à une série de braquages de banques (sept en soixante-douze heures) menés par des déposants cherchant désespérément à récupérer leurs économies bloquées ou érodées par l’inflation, la fermeture a été prolongée sine die.

“Depuis 2019, les banques libanaises imposent des contrôles draconiens sur les retraits, empêchant ainsi des millions de clients d’accéder à leurs économies en devises”, rappelle Al-J

La suite est réservée aux abonnés… Déjà abonné ? Se connecter Accédez à tous les contenus abonnés Soutenez une rédaction indépendante Recevez le Réveil Courrier chaque matin

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Doit lire