29.2 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Buy now

samedi, juillet 2, 2022

les ressources en eau sont basses après un hiver et un printemps assez secs

En regardant dans le rétroviseur, on a l’impression qu’il n’a cessé de pleuvoir. Et pourtant à l’approche de l’été, les réserves d’eau ne sont pas optimales. Les pluies qui arrosent actuellement les Pyrénées ne suffiront peut-être pas à éviter la sécheresse.

Difficile d’imaginer, après un mois de mai très pluvieux, que la sécheresse puisse être une option pour l’été qui pointe le bout de son nez. Et pourtant, il faut une importante quantité d’eau et ce de manière régulière pour recharger les nappes phréatiques.

Les pluies des jours à venir, parfois abondantes sous orages, seront surtout bénéfiques à la végétation. Pour la recharge des nappes phréatiques, souvent déficitaires et en baisse, c’est trop tard.
La #sécheresse risque d’être une préoccupation de l’été.https://t.co/ESkMAPbMj8

— Gaétan Heymes (@GaetanHeymes) June 1, 2021

Et il semblerait que nous soyons régulièrement « à la limite » de la sécheresse, notamment dans les Pyrénées. Il y a un an, Météo France alertait déjà sur l’état des réserves en eau un peu justes pour passer l’été sereinement.

RT meteofrance : Franck Baraer climatologue à Météo-France:
« Les dernières semaines ont été sèches.. Il va falloir se montrer, d’ores et déjà, très vigilants. Pour le moment, les réserves en eau dans les nappes sont suffisantes, mais si ce temps persiste… https://t.co/EUZ8vNAoOS

— Mutuelle MALJ (@mutuelle_malj) June 3, 2020

Avec l’arrivée de l’été, l’heure est à la vérification des stocks d’eau à haute altitude et de l’état du manteau neigeux. Le printemps et une partie de l’hiver ont été secs et l’enneigement en altitude est au plus bas en ce début juin.

Les réserves en eau en altitude dans les Pyrénées sont actuallement basses laissant présager un été de sécheresse.

© Meteo Pyrénées / Meteo France

Si l’enneigement a été bon en début de saison, ce n’est pas une garantie pour la solidité et la durabilité du manteau neigeux. Ce dernier tient de moins en moins au-dessous de 1.800 mètres d’altitude. La fonte a toutefois été ralentie par un printemps frais mais les mois de février, particulièrement chaud cette année, et mars ont été trop secs.

La pluie fait son retour mais le déficit en eau sur plusieurs mois ne se rattrape pas en quelque jours.

A l’opposé, les cumuls n’ont souvent pas dépassé 20/30 mm durant ce mois de mai sur l’est des #PyrénéesOrientales et de l’#Aude.

?Seulement 9.2 mm ont été relevés à Durban-Corbières durant ce mois, un record mensuel bas depuis le début des mesures en 1989 (9.6 mm en mai 2006) pic.twitter.com/jNA2rkTnqP

— Météo-France Sud-Est (@MeteoFrance_SE) June 3, 2021

Les glaciologues constatent par ailleurs de plus en plus, une accélération de la « régression glaciaire ». Celles qu’on appelle les « neiges éternelles » le sont malheureusement de moins en moins. A cause du réchauffement climatique, les glaciers fondent à une vitesse inquiétante. Ils stockent à ce jour plus de 95% des réserves d’eau douce à la surface de la terre, eau qu’ils redistribuent ensuite en été, période de sécheresse naturelle. Le cycle naturel est doucement mais sûrement en train d’être rompu.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles