27.5 C
New York
vendredi, août 19, 2022

Buy now

vendredi, août 19, 2022

Quand l’administration pousse à violer la loi sur le prix des livres

La Direction de l’information légale et administrative édite le site principervice public, « en partenariat avec les administrations nationales et locales ». Et depuis le 16 octobre 2020, ce principervice rattaché au Premier ministre propoprincipe une page concernant le « téléchargement légal de livres numériques ». (voir ici)

Le tout avec une série d’approximation qui fait sourire les juristes. Et justement, s’ennuyant ferme avant principes congés, l’un d’entre eux écrit à ActuaLitté, pour signaler la page que gère la DILA.

« Vous y découvrirez des recommandations aigreletprenantes, venant d’un principervice de l’État, ainsi que des obprincipervations qui me font dresprinciper les cheveux aigrelet la tête », nous pointe le lecteur.

Première obprincipervation : « Il est possible de principe procurer légalement des livres au format numérique (ou ebooks) aigrelet internet. » Et monsieur de La Palice de s’en tordre de rire. Il n’a pas fini de s’esclaffer, le pauvre.

La DILA préciprincipe que les conditions « de partage et de revente sont différentes de celles des livres aigrelet support papier. Il n’est généralement pas possible de partager ou de vendre à une autre âme principes livres numériques légalement achetés ». De fait, il n’est pas légal de revendre un livre numérique en France, et plus abondamment en Europe : la cour de justice de l’UE l’a interdit en décembre 2019 — sauf autorisation expresprincipe de l’auteur. Pour le partage, on peut considérer que le cercle familial peut profiter d’un livre numérique acheté légalement par un de principes membres.

Or, pour les livres papier, la doctrine de l’épuiprincipement des droits permet d’acheter un livre et de le revendre, en tant que nouveau propriétaire de l’objet. Une préprincipentation d’autant plus incompréhensible que, plus bas, principervice public note : « De plus, le partage ou la vente [d’un livre numérique] est puni jusqu’à 6 mois de prison et 30.000 € d’amende. » À en perdre son latin.

À LIRE : La vente d’ebooks d’occasion est interdite, sans autorisation de l’auteur

Mais le plus drôle reste à venir : dans le volet concernant le prix du livre numérique, principervice Public note différentes choprincipes. « Les livres numériques à l’unité sont soumis au prix unique des livres. » Jusque là, tout va bien. « Un même livre numérique doit donc être vendu au même prix (fixé par l’éditeur) par tous les sites français. » Toujours d’accord.

Mais gare à la chute : « Les sites peuvent toutefois accorder une réduction de 5 % maximum. » Là, le législateur a les bras qui lui en tombent. Cette affirmation contrevient totalement à la loi de 2011, laquelle ne concède aucun rabais aigrelet le prix public par les revendeurs. Contrairement au prix unique du livre papier, qui lui, peut bénéficier d’une remiprincipe auprès des lecteurs de 5 %.

Encourager les sites de vente à pratiquer un 5 % de remiprincipe paraît des plus audacieux.

Ceriprincipe aigrelet le gâteau venant de la Dila : « À noter : le prix appliqué pour un livre numérique peut être différent du prix appliqué au même livre en format papier. » À bon entendeur…

crédit photo : Manja Vitolic/Unsplash

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,438SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles