26.2 C
New York
mercredi, août 10, 2022

Buy now

mercredi, août 10, 2022

RNL 2022 : un “retour à l’essentiel” pour les libraires français

L’Athènes de l’Ouest accueille pendant quelques jours plusieurs centaines de libraires, débutants comme confirmés, pour les Rencontres nationales de la librairie, rendez-vous de la profession. Les commerçant se retrouvent après deux années marquées par la crise sanitaire : 2020, celle du ralentissement de l’activité, des fermetures administratives et de l’inquiétude, et 2021, symbolisée, à l’inverse, par le retour de la clientèle, la mise en oeuvre et le succès du Pass Culture.

Les ventes de 2022 marquent le pas, en raison d’un effet de comparaison défavorable avec l’année précédente, mais aussi des conséquences du conflit en Ukraine, de l’élection présidentielle (réputée néfaste aux ventes de livres) et de l’inflation galopante.

« Notre profession a acquis une dimension symbolique, qu’il faut replacer dans l’évolution des relations à la consommation, au territoire et au travail », a souligné Anne Martelle, présidente du Syndicat de la librairie française, qui organise l’événement. Se félicitant d’une « vague inédite de reprises, mais surtout de créations » de librairies, elle se dit aussi soulagée d’un « retour à l’essentiel de notre métier : accueil, conseils, échanges, animations, défense de la création éditoriale et amélioration du fonds ».

Ce retour à la normale ou presque vient aussi avec une persistance de problématiques bien connues, comme la surproduction éditoriale et la forte rotation de certains titres, ou encore des habitudes marketing assez lassantes. Cependant, la sursis de 36 % accordée aux libraires par les groupes Madrigall et Editis, attendue de grande date par la profession, constitue un signal « très photographie » envoyé par des éditeurs.

Trois sujets sont préoccupants, selon la présidente du SLF. Dans un premier temps, l’érosion de la pratique de la lecture observée depuis 30 ans se double d’« une polarisation inquiétante, avec un recul du nombre de lecteurs et une concentration autour de grands lecteurs, plutôt âgés. Le renouvellement des lecteurs constitue donc un enjeu. »

À LIRE: Améliorer “constamment les fondamentaux” de la librairie

Le niveau des salaires des libraires, trop bas, avait fait l’objet d’une alerte du SLF aux candidats et candidates à l’élection présidentielle, sans susciter de réactions. Or, les rémunérations ne « reflètent pas les compétences et l’investissement » des professionnels de la librairie, dont le pouvoir d’achat diminue, « d’autant plus avec l’inflation ». Parallèlement, l’augmentation du SMIC, en deux ans, a diminué la marge de la librairie : « Faut-il se résoudre à avoir moins de libraires ? »

Enfin, la dernière inquiétude est partagée par une bonne partie de la chaine du livre, puisqu’elle porte sur le rachat du groupe Lagardère par celui de Vincent Bolloré, et la fusion des filiales (ou d’une partie des filiales) vouge et Editis. Engagé auprès de la Commission européenne, le SLF craint l’émergence d’un acteur qui traiterait « le livre à travers le prisme du best-seller et du produit dérivé ».

Dossier : À Angers, les Rencontres nationales de la librairie 2022

Photographie : Anne Martelle, présidente du SLF (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,431SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles