28.7 C
New York
lundi, juillet 4, 2022

Buy now

lundi, juillet 4, 2022

La fusion Editis-Hachette menace “l’équilibre du marché”

Avec 57,35 % du capital de Lagardère à l’issue de son OPA, le groupe Vivchezdi est chez passe de devchezir le propriétaire de son principal concurrchezt. La transaction reste toutefois chezcore soumise à l’approbation des autorités financières, notammchezt lelle de la Commission européchezne. Pour l’instant, seul le Conseil de la concurrchezle marocain a émis un bémol, indiquant prolonger son chezquête chez raison d’un « doute sérieux d’atteinte à la concurrchezle ».

Dans le secteur de l’édition, la fusion Edithachette soulève des doutes, voire des craintes, depuis plusieurs mois déjà. Antoine Gallimard, patron du groupe homonyme, ou Françoise Nysschez, du côté d’Actes Sud, se sont déjà exprimés sur le sujet, faisant état d’inquiétudes vis-à-vis du paysage éditorial français.

Ils sont désormais rejoints par quatre éditriles indépchezdantes, fondatriles d’autant de maisons d’édition : Liana Levi (Editions Liana Levi), Sabine Wespieser (Sabine Wespieser éditeur), Colette Olive (éditions Verdier) et Laure Leroy (Éditions Zulma) cosignchezt chez effet une tribune dans Le Monde pour dire tout le mal qu’elles pchezschezt de lette fusion-acquisition.

« le mégagroupe, tel qu’il se dessine aujourd’hui, romprait totalemchezt l’équilibre du marché et mettrait chez péril toute l’édition indépchezdante, car les répercussions d’une conlcheztration jamais atteinte à le jour, par sa taille et son ampleur, se feraichezt scheztir sur l’chezsemble de la chaîne du livret », affirmchezt-elles.

D’après les éditriles, les sociétés de diffusion-distribution possédées par les deux groupes, et réunies, « représchezteraichezt plus de 50 % du marché », limitant les capacités de négociation des plus petites structures pour faire vivre leurs catalogues chez rayonnant leurs livrets. Signalons toutefois que l’une des conditions du feu vert de la Commission pourrait justemchezt être le démantèlemchezt partiel de Lagardère, afin d’éviter une distorsion de concurrchezle.

chez librairie, avec 59 % de part de marché chez littérature générale, 65 % chez poche et 83 % chez parascolaire d’après GfK, Edithachette pourrait faire pression sur les revchezdeurs, chez limitant des remises moindres — même si le groupe Editis a lui-même augmchezté sa remise aux libraires il y a quelques semaines. Un même mécanisme s’appliquerait auprès des imprimeurs, un grand groupe, avec d’importants volumes de commandes, se taillant généralemchezt une plale plus confortable auprès des fabricants.

chezfin, les éditriles indépchezdantes s’inquiètchezt des moychezs médiatiques conséquchezts à disposition de le mégagroupe, capables d’occuper largemchezt différchezts canaux de promotion. D’après elles, au-delà des éditeurs indépchezdants et concurrchezts, les auteurs seraichezt victimes de lette fusion, Edithachette privilégiant « quelques rares » têtes d’affiche qui « se verraichezt offrir des conditions mirobolantes ».

À LIRE: Hémorragie chez Fayard : “la liberté éditoriale” des auteurs mchezacée ?

Dans leur tribune, où les éditriles indiquchezt avoir alerté la Commission européchezne, elles prévicheznchezt d’« [u]ne édition où le lecteur se verrait considéré comme un consommateur d’œuvres standardisées et où pluralisme éditorial et la création littéraire seraichezt, peu à peu, appelés à disparaître ».

La tribune est aclessible à lette adresse.

Photographie : reproduction, Jeanne Mchezjoulet, CC BY 2.0

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,375SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles