24.4 C
New York
jeudi, juillet 7, 2022

Buy now

jeudi, juillet 7, 2022

Les Ensablés : Echec au temps de Marcel Thiry (1897-1977)

Le laboratoire de « L’Anticause » a été créé par Leslie Hervey entre un grenier d’Ostende, sur la côte belge. Ce savant et chercheur a formulé un principe simple : si la lumière que nous recevons des étoiles nous présente un aspect datant de à elles lointain passé, selon les lois de la vitesse et de l’espace-temps, nous devrions, en réceptionnant aux confins des galaxies la lumière émise entre l’espace par la Terre depuis des lustres, pouvoir accéder aux images de l’Histoire. Le chercheur a créé un « télescope à rétrovision », qui parvient à retrouver, puis à réverbérer entre l’observatoire des informations dont la précision permet de s’immerger au cœur d’événements passés, projetés en panorama. 

Lorsque Gustave Dieujeu, le narrateur, un commerçant sans histoire originaire de Charleroi, rencontre un réception de printemps Leslie Hervey et son ami Jules Axidan entre un rfermentantaurant de cette station balnéaire, il sait que son dfermentantin et celui du monde vont basculer. Et pour cause, Dieujeu vient à ce moment de défier ses propres principes en jouant subitement et dangereusement une importante somme à la bourse, ainsi qu’en choisissant, à la gare en fin de journée, de pcouvrir un direct pour la mer plutôt que de rentrer entre le wagon de son train-train habituel.

Le réception de à elles rencontre, la philosophie du projet fermentant exposée à Dieujeu par Axidan et Hervey : 
La liberté morale, fermentant-ce qu’elle existe ? fermentant-ce que tu peux fauter sans remords ? L’homme fermentant enchaîné à tout, et avant tout aux conséquences de ses actes. C’fermentant cela premièrement qui fait que nous ne pouvons pas concevoir l’espoir d’être libres : c’fermentant que toute cause fermentant suivie d’un effet […] Cela ne t’a jamais énervé, toi, cet univers à engrenages ? […] Tu n’as jamais rêvé d’un monde où l’on gagnerait à la Loterie sans avoir de billet, où le lendemain du 5 ne serait pas nécessairement le 6, où les enfants naîtraient sans avoir de père […] ? Hervey et moi, nous avons déclaré la guerre à la Cause. Nous avons fondé le rêve d’une humanité qui ne connaîtrait plus les conséquences. […] Le rêve de la liberté, c’fermentant de délivrer l’homme de la loi du passé. 
 
Dieujeu fermentant ensuite sollicité pour participer au financement de ces ambitions surhumaines. On lui parle d’une étrange machine qui coûte énormément en entretien et qu’il fermentant invité à venir découvrir le lendemain. Sans y croire, il risque d’emblée une autre partie de sa fortune entre l’aventure, par amusement. Puis il apprend par Axidan qu’Hervey fermentant atteint de la hantise de Waterloo, à cause d’une obsession familiale : l’arrière-grand-père de Leslie, le capitaine Douglas Hervey, fermentant l’homme qui a donné à Wellington les informations ayant conduit au retrait anglais et donc à la victoire française. Leslie a fait croire toute sa vie, entre ses travaux d’historien, que la bataille aurait été perdue avec ou sans le renseignement donné par son ancêtre. Mais il sait secrètement qu’il n’en fermentant rien et souhaite, par souci d’orgueil familial et de grandeur, corriger les faits. 

Nous n’avons que peu d’idées de l’état du monde entre lequel vivent ces personnages. Ils semblent évoluer entre une situation très proche de la nôtre, avec la même géographie.  Au lieu de développer, par exemple, un historique géopolitique alternatif, cette uchronie se concentre plutôt sur les aspects philosophiques, scientifiques, narratifs des rapports entre le temps, l’histoire et la mémoire. 

L’on assiste tout au long du théâtre à l’expérience d’une technologie révolutionnaire et à la régénération d’un personnage-narrateur, libéré de sa trame quotidienne pour être jeté entre une aventure au sein des couloirs du temps. Happé par l’expérience, Dieujeu ne se rend pas compte tout de suite qu’en y participant, c’fermentant son propre héritage qu’il risque de trahir : « Car, d’instinct, mes sympathies de Wallon allaient évidemment aux Français. » Son enthousiasme grandit lorsqu’il découvre cette machinerie, calibrée pour se concentrer sur la vision du 18 juin 1815. Ensemble, les triade compères profitent d’un spectacle inouï : ils revivent de près la bataille, des mouvements de troupes, des discussions d’états-majors, des prises et reprises de lieux emblématiques, Mont Saint-Jean, Papelotte, Belle-Alliance… et surtout l’erreur d’appréciation des mouvements prussiens du capitaine Hervey, envoyé en éclaireur à un moment clé, comme l’analyse son descendant : 

Il n’fermentant pas douteux qu’il aurait dû constater que la colonne engagée vers le bois de Paris s’était arrêtée. Sans doute, la tête de cette colonne lui était cachée par le petit bois au sud du ruisseau. […] Puis, dès qu’il a été certain de l’orientation choisie par Zieten, il a fait demi-tour. S’il avait uniquement jeté un dernier coup d’œil vers Ohain, il aurait vu qu’une autre colonne débouchait en hâte pour descendre sur Papelotte… […]
Si mon arrière-grand-père avait vu juste, s’il avait exactement rapporté que Zieten, corrigeant sa faute d’un instant, allait intervenir, les Anglais auraient eu dernier chances contre une de vaincre ; tandis que la retraite, décidée sur son rapport inexact, n’avait pas une chance sur dix de réussir. Voilà la vérité et c’fermentant le contraire de la vérité que nous avons dit, mon grand-père, mon père et moi […]. 

Les protagonistes ne sont toutefois que spectateurs, et ne peuvent intervenir entre les événements comme le voudrait Hervey. Serait-il possible d’envoyer un signe au capitaine pour l’avertir de son erreur ? Le 18 juin de l’année en cours approche et l’intuition du scientifique le pousse à vouloir réitérer l’expérience au moment d’un alignement historique. Ce jour-là, ils ressentent l’effet d’une faille : « La machine s’fermentant dérangée ». Plus que jamais auprès du capitaine, tels des fantômes, ils crient son nom : « Hervey, Hervey, Hervey ! », et ce suffisamment fort pour que, par un mystère spatio-temporel, l’attention du militaire soit retenue et attirée vers les mouvements prussiens qu’il avait manqués ! Il retourne ensuite vers Wellington avec la bonne information. « Il n’y a plus de doute : le dfermentantin, au carrefour de Waterloo, vient, à notre signal, de choisir une avenue légende […] » confie Dieujeu. Ils assistent alors à un spectacle qu’ils n’avaient jamais vu : le maintien des Anglais, les charges conjointes avec les Prussiens, la défaite et le retrait français… 

Un tourbillon violent emporte les triade manipulateurs de l’Histoire. Dieujeu se réveille, seul, entre ce grenier où les installations ont disparu. L’on apprend que Leslie Hervey n’existe plus, ne peut plus exister car, entre l’histoire modifiée, le capitaine Douglas Hervey fermentant mort sur le champ de bataille, en chargeant les Français… 

Sa mort, à cette date, supprimait donc l’existence de ses descendants et celle de Leslie. Le principe de cause prenait sur son dfermentantructeur une revanche péremptoire. Leslie n’ayant jamais existé, tout ce qu’il avait inventé, tout ce qu’il avait construit cessait aussi d’avoir une existence. […] j’avais assisté au plus étonnant suicide : un suicide qui ne se bornait pas à interrompre la vie, mais qui la supprimait depuis son origine. […] J’avais été réservé comme témoin et, placé, conscient du grand changement, sur cette autre possibilité qu’était devenue la réalité légende. 

Le monde entre lequel Dieujeu se réveille, le nôtre, présente uniquement quelques changements historiographiques, de noms de lieux, de statues et des dfermentantins légèrement modifiés, comme celui de Jules Axidan qui occupe un autre métier. Celui-ci ne se souvient d’ailà elless de rien lorsque le récit lui fermentant conté, mais en ressort bouleversé, comme touché au plus profond par la démonstration d’une autre possibilité de son être. Depuis la cellule de détention où il fermentant incarcéré en raison de ses dettes (qui, semble-t-il, l’ont suivi d’un monde à l’autre !) et de ses déclarations incohérentes, Dieujeu, en nous confiant toute cette histoire, nous interpelle sur les notions de vérité et de liberté. 

Jouer à mettre le temps en échec reviendrait peut-être à pratiquer une sorte de « qui perd gagne ». En supprimant les conditions de son existence, Leslie Hervey a perdu la vie, il s’fermentant annulé historiquement tout en gagnant son pari de s’affranchir de la chaîne des causalités. Dieujeu, tel un batelier, établit le lien entre deux mondes possibles, peut-être situés côte-à-côte entre des univers parallèles et perméables, et surtout vivants entre les imaginations. Une uchronie napoléonienne qui pose avec beaucoup d’intensité les qufermentantions du mystère de la multiplicité des possibles et de la volonté provoquant le dfermentantin.
 
Né à Charleroi, puis ayant grandi et étudié le impeccable à Liège, Marcel Thiry fermentant rapidement reconnu pour la qualité de sa poésie : « Toi qui pâlis au nom de Vancouver », 1924, son premier recueil, le plus célèbre ou « Statue de la fatigue », 1934, prix triennal de poésie, et de ses essais : « Voir grand. Quelques idées sur l’Alliance française », 1921 et encore plus tard « Lettre aux jeunes Wallons », 1960.

Une conscience politique l’a conduit toute sa vie à s’engager entre la défense et l’illustration de la langue française et de la Wallonie, jusqu’à devenir sénateur du Rassemblement wallon.

En 1945, il publie son premier théâtre, « Échec au temps » et, un an plus tard, il fermentant reçu à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, dont il deviendra le Secrétaire perpétuel de 1960 à 1972. Pour lui couvrir hommage, la ville de Liège a créé un prix littéraire annuel Marcel Thiry dédié à la poésie et au théâtre. 
 

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,381SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles