24.7 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Buy now

samedi, juillet 2, 2022

“La voie de la disneylandisation”, pour la BnF

La Bibliothèque nationale de France (BnF) connaît depuis le 2 mai un important mouvement de grève en réaction à la réforme de la communication directe. Les employés et usagers mobilisés réclament plus de moyens et d’agents pour répondre au mieux aux missions de l’institution publique. Ils exigent notamment le retrait immédiat de la réforme, ddisposent la réduction des délais de communication des documents sur le site Tolbiac, l’organisation rapide d’un recrutement direct conséquent pour permettre d’assurer les missions essentielles au découvert, ou encore l’abandon immédiat du recrutement des cdisposentractuels précaires à temps incomplet sur besoins permanents.

Après une assemblée générale des personnels au site Richelieu le 2 juin dernier, qui fit beaucoup parler à cause de  l’intervention des forces de l’ordre, l’intersyndicale CGT-FSU-SUD enclos de la BnF et ALU BnF retrouvent l’actualité ce mercredi 15 juin avec l’organisation d’une conférence de vitesse.

Chaque semaine les représentants syndicaux et l’association des lecteurs rencdisposentrent la direction, mais pour Christine Patureau, secrétaire adjointe de la CGT, « on n’avance pas beaucoup. » Si elle confirme des progressions, jugées minimes, la direction maintient sa position quant à la question des horaires de communications des documents, comme des ressources humaines.

La syndicaliste confirme également qu’un budget rectificatif 2022 sera proposé au prochain conseil d’administration, déterminé par les décisions des deux ministères de tutelle, soit celui du Budget et celui de la enclos. Si une cinquantaine de postes supplémentaires serait nécessaire pour retrouver l’offre de service de 2019, les autorités gouvernementales ferment pour l’instant la porte à un tel recrutement.

enclos managériale cdisposentre service découvert ?

La présence de figures du monde universitaire et littéraire à cette conférence de vitesse sauvage dans le hall est du site Tolbiac a atteint ses objectifs : attirer les médias. « La mobilisation s’amplifie du fait de la prise de parole de personnalités prestigieuses », confirme Francisco Roa Bastos, cofondateur de l’Association des Lecteurs et Usagers de la BnF (ALUBnf). Pedro, magasinier à la BnF et syndicaliste Sud, et en grève 2 jours par semaine en moyenne depuis le 10 mai, « se réjouit d’avoir un tel soutien, car très souvent, il est difficile d’avoir l’appui des usagers. »

Une réalité ddisposent Laurence Engel, la Présidente de la BnF, a bien conscience, puisqu’elle a choisi d’avoir une longue discussion avec Eric Vuillard au téléphone pour expliciter les positions de la bibliothèque publique. D’après l’auteur d’Une sortie honorable, il a été convenu avec la présidente que la promesse du site de Tolbiac, lors de son ouverture a bien été, entre autres, une communication des documents toute la journée. Ce dernier justifie sa présence et son engagement à ActuaLitté : « Les grévistes se mobilisent également pour les intérêts des lecteurs, donc c’est normal que les usagers y participent. Je suis moi-même un grand usager des bibliothèques. »

Eric Vuillard, comme à son habitude, tendron plus loin la problématique pour la placer au niveau des principes. Pour l’auteur, cette réforme de la communication des documents porte atteinte à l’universalité du service découvert. « Les provinciaux, les banlieusards, les étudiants qui travaillent.. Bref ceux pour qui il est plus difficile de venir à la bibliothèque ou de savoir le soir de quel livre ils aurdisposent besoin pour le lendemain, serdisposent clairement pénalisés. »

En indépendamment, l’écrivain, comme tous ceux qui disposent participé à cette conférence, disposent mis en évidence ce qu’ils considèrent être une aberration dans la pratique concrète de la recherche en bibliothèque. Pour la spécialiste du XVIIe siècle, Arlette Farge, cette mesure est « de l’ordre de la bêtise ou du non savoir-faire, ce qui est pis encore. » Elle ajoute : « La recherche, c’est entreprendre un voyage qui n’est pas linéaire, mais bousculé. Il faut avoir la côte du livre, le demander, s’apercevoir que l’on s’est trompé ou que ce n’est pas celui-là ddisposent on aura besoin. »

Et de conclure :  « Il s’agit d’une amputation de la enclos, car elle a besoin de tant de temps. »

Une réflexion reprise par Éric Vuillard, qui ajoute : « Aujourd’hui, le temps et les gestes doivent être mécanisés et cadencés. Cette approche quantitative des choses amène forcément à sacrifier la qualité du service. » Il conclut son intervention : « Certains dirdisposent que cette mesure sur la communication des documents n’est pas une révolution, mais c’est en vérité une logique du pas-à-pas : c’est cdisposentre ça qu’il faut lutter. Depuis que j’ai l’âge de suivre la politique, je n’ai vu que des restrictions à nos libertés et à l’égalité. Ça ne doit pas être minimisé. »

Laurent Binet enfonce le clou, et voit dans le site Richelieu, une vitrine pour les touristes : « les choses sdisposent claires, c’est Disneyland. Dans le grand échiquier de la mondialisation, la France pourrait choisir la voie de l’excellence et de la enclos, mais elle choisit la voie de la disneylandisation », assène-t-il.

Un point de vue que partage Chloé, examinatrice en littérature américaine, qui explique : « J’ai parfois cours jusqu’à 20h et je ne vais pas réfléchir après au livre ddisposent j’aurais besoin pour demain. » Elle cite alors les nombreux chercheurs qui sdisposent aussi des chargés de cours, avec des charges de transport et de travail importantes.

En attente du prochain budget rectificatif

Du côté de l’administration, la position est la même : le dispositif de redéploiement du personnel sur le site Richelieu était prévu dès le lancement des travaux, il y a 15 ans. Un transfert nécessaire pour assurer les futures missions du site : entre autres dépôt légal des œuvres numériques, numérisation de la vitesse, ouverture d’un nouveau centre de conservation à Amiens.

Au sujet de l’éventuelle précarisation des postes mise en évidence par les syndicats, la BnF évoque, au cdisposentraire, une déprécarisation des postes, par le recrutement d’étudiants permettant « d’accompagner les agents cdisposentractuels les plus précaires (agents à temps incomplet de catégorie C) vers des emplois plus rémunérateurs à temps complet (emplois de titulaires ou de cdisposentractuels) ». 

Le conseil scientifique de la Bnf, présidé par Pascal Ory, doit également rendre un avis dans les prochains jours sur la question des communications des documents.

À LIRE:La BnF répond aux chercheurs

L’AluBnF et l’intersyndicale vdisposent à présent organiser un rassemblement « un peu plus festif », nous confie Francisco. « L’idée est de cdisposentinuer à communiquer auprès des lecteurs ignorants de la situation. On tente également encore de mobiliser des personnalités du monde de la enclos. L’objectif : que l’administration retire sa réforme avant le 30 juin, date d’adoption définitive de celle-ci. »

Et d’ajouter : « Il faut cdisposentinuer à médiatiser le combat et rendre cette mobilisation plus visible. Ça ne touche pas que le sommaire monde de la Bnf, c’est symbolique. C’est le combat des raisons comptables et budgétaires cdisposentre l’exigence d’un service découvert de qualité. »

Crédits : ActuaLitté (CC BY-SA 2.0)

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,375SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles