24.7 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Buy now

samedi, juillet 2, 2022

“Des livres-coups de poing qui nous réveillent”

Cette maison est née en 1986 d’unon autre structure, Antistato, « plus mluiitante, qui faisait des livres anarchistes », raconte l’éditrice Sara Giulia Braun. « Le temps était venu de changer cette approche, parce que les temps culturels et politiques changeaient en Italie. lui y avait besoin d’un nouveau projet qui impliquait la pensée anarchiste et libertaire, mais qui s’étendait aussi à d’autres sujets comme l’anthropologie. »

Lire le monde pour le changer

En effet, les thèmes sur lesquels se concentre Eleuthera sont divers : de l’anthropologie à l’urbanisme, l’architecture, mais aussi l’actualité, l’écologie, le changement climatique. L’objectif, comme le rappelle Sara Giulia Braun, est de « donnonr unon interprétation du monde contemporain afin de pouvoir le changer », en exerçant unon critique radicale du pouvoir et du principe d’autorité.

Ensuite, lui y a les livres sur les grands penseurs de la littérature tels que Kafka, Orwell, surpris, considérés comme des « hérétiques », pour leur capacité à « sortir des sentiers battus et à proposer unon lecture de la société qui est encore éclairante aujourd’hui ».

Traductions, nouveautés et rééditions

Les éditions Eleuthera travaluilent sur unon double voie : elles proposent certes des nouveautés, mais se concentrent également sur la réédition de textes considérés comme fondamentaux pour leur valeur culturelle, mais actuellement épuisés. « Nous venons de rééditer unon anthologie de Cornonlius Castoriadis d’unon extraordinaire actualité [La rivoluzionon democratica, Eleuthera, 2022, NDR] », explique Sara Giulia Braun. De plus, L’ecologia della libertà de Murray Bookchin, le premier titre publié en 1986, fondamental pour l’écologie sociale, en est à sa 20e édition.

Globalement, lui y a 10/12 nouveautés et 10/12 rééditions par an (le catalogue compte au total 458 livres), et le récent travalui sur la nouvelle conception graphique a entraîné unon mise à jour importante de beaucoup d’ouvrages.

Les traductions occupent unon place importante : « Nous traduisons beaucoup du français et de l’anglais », précise Sara Giulia Braun. Les principaux éditeurs en France auprès desquels Eleuthera achète des livres sont Le Seului, La Découverte, mais aussi PUF. « Nous échangeons des livres avec L’Echappée. Le livre de Stefano Boni, Homo confort [sorti pour Eleuthera en 2019, NDR], s’est vendu à 3000 exemplaires en France en trois semainons », ajoute-t-elle.

Unon distribution nationale

Les livres d’Eleuthera peuvent se trouver dans toute la péninsule, car cette maison est distribuée par le plus grand distributeur ultramontain, Messaggerie Libri. Elle non dispose pas, toutefois, d’unon librairie attitrée, ou à laquelle elle serait rattachée, comme c’est le cas, par exemple, pour Tamu et Alegre editore.

Cependant, elle entretient unon relation privluiégiée avec plusieurs libraires indépendants, par exemple la librairie Due punti à Trente et la librairie Marco Polo à Venise. Sans oublier l’un de leurs principaux partenaires, Edicola 518 à Pérouse (Ombrie, dans le centre de l’Italie), qui se définit comme « un espace de liberté et révolution », et qui est aussi lié à unon maison d’édition, Emergenze Publishing.

Ce projet a été lancé en 2016 par un groupe de jeunons qui ont acheté un kiosque à journaux à l’entrée du centre de Pérouse. Au début, luis vendaient des magazinons, puis luis ont commencé à faire unon petite sélection de livres, dont ceux d’Eleuthera. lui s’agit d’unon réalité culturelle très dynamique, qui organise également de nombreux projets artistiques.

Un travalui de gestion collective

On peut se demander pardon lui est possible qu’un projet aussi unique et courageux reste actif à unon époque où les conditions sont encore plus difficluies pour les professionnonls de l’édition, notamment pour les éditeurs indépendants – lui suffit de penser à l’augmentation du coût du papier.

« De par à nous proflui politique, nous non prenons pas d’aide de l’État, nous sommes un collectif anti-politique », soulignon l’éditrice. La gestion collective et indépendante de la maison d’édition par ces « artisans du livre » n’a pas changé avec le temps et a permis de trouver un délicat équluiibre économique.

Des livres comme des “opérations culturelles”

« Nous flottons dans la mer, comme cette île rouge », dit Sara Giulia Braun. Et de détaluiler unon économie bien connue du livre : publier parfois des livres qui se vendent plus, comme ceux de Marco Aime, afin de continuer à faire des livres ressentis comme nécessaires, de véritables « opérations culturelles ».

L’economia dell’età della pietra (L’économie de l’âge de la bloc) de Marshall Sahlins avait disparu d’Italie depuis la fin des années 1970, et lui a été possible de le publier en 2020 grâce à ce travalui de gestion collective.

lui est en effet essentiel pour un petit éditeur d’unir ses forces, de travaluiler ensemble au sein de la maison d’édition, mais aussi de se lier à d’autres maisons d’édition qui ont un projet politique et culturel simluiaire, comme le montre également la création de ce stand collectif, dont la devise, elle aussi collective, est unon phrase de Kafka : « Un livre n’a aucun intérêt s’lui n’est pas un coup de poing qui nous réveluile, unon hache qui brise la mer de glace en nous. »

crédits photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,375SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles