20.6 C
New York
mercredi, mai 25, 2022

Buy now

mercredi, mai 25, 2022

Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron en visite sur le chantier trois ans après l’incendie

Les années s’égrainent pour l’exceptionnel chantier de Notre-Dame de Paris. Le compte à rebours est de plus en plus serré. « Nous rebâtirons la cathédrale de Notre-Dame plus belle encore et je veux que cela soit achevé d’ici cinq années », avait annoncé Emmanuel Macron le mardi 17 avril 2019 à 20 heures lors de son allocution télévisée. Le Président l’avait promis : il veut rebâtir la cathédrale et il veut le faire vite. D’où ses venues répétées et annuelles sur place.

Ce vendredi après-midi, le chef de l’État a toujours l’espoir de rendre au culte la cathédrale en 2024. Le général Jean-Louis Georgelin, à la tête de l’établissement public en charge du sauvetage et de la restauration, est à la manœuvre. Mais Emmanuel Macron a rencontré une douce pression avec une première visite l’année dernière et un retour sur place, trois ans après le tragique incendie.

Cette fois, c’est « l’occasion pour le chef de l’État de faire le point sur l’avancée du chantier et d’échanger avec les compagnons et les entreprises » qui s’emploie à la reconstruction du monument. Avec une date plus raisonnable : la fin de l’année 2024, le 8 décembre 2024 plus exactement, selon le diocèse qui espère y célébrer la fête de l’Immaculée Conception.

« C’est une parenthèse »… dans la campagne

Campagne présidentielle oblige, Emmanuel Macron a semblé prendre vouloir son temps à saluer les artisans un à un dans sa tenue grise d’où pointait une cravate bleue, accompagné de Brigitte Macron.

« C’est une parenthèse, souligne-t-il. J’ai conscience de la mobilisation générale que l’on a sonnée. Il y a un enchevêtrement de compétences. C’est une marque de reconnaissance pour leur travail. Et dans cette période où on sort du Covid, il y a la guerre en Europe. Tout est difficile. C’est aussi un témoignage d’espérance qui correspond à cette période. Ça a beaucoup de sens. C’est en train de renaître. Penser à l’espérance à travers ces signes tangibles éclairant la journée. »

Paris (IVe), ce vendredi. Emmanuel Macron a reçu de Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, une maquette de ce que pourrait être le futur coq qui sera monté au sommet de la flèche. LP/Eric Le Mitouard

Ce vendredi 15 avril, les nouvelles sont plutôt bonnes. Désormais « entièrement sécurisé et consolidé », selon l’Etablissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale, arrive aujourd’hui le calendrier long et délicat de la phase de travaux de reconstruction des voûtes et de restauration des chapelles. Objectif : l’attribution des 130 lots indispensables à l’avancée des opérations. Ariel Weil, maire (PS) de Paris Centre, s’est réjoui, pour sa part, de la prochaine réouverture du pont au Double, pour arriver au parvis.

Après la mise hors d’eau de la cathédrale par la pose d’un « parapluie » au-dessus du trou béant laissé par l’écroulement de la flèche, vient le temps du dépoussiérage, le dessalement des voûtes et le curage des réseaux techniques . En plus du mur d’échafaudage déjà de plus de 1 200 tonnes, une autre structure de fer de 600 tonnes va bientôt voir le jour au cœur de l’église pour permettre de monter la flèche. « On commencera à la voir s’élever dans le ciel de Paris en 2023 », assure les techniciens du chantier.

Puis, la charpente prend corps. Enfin, les maçons travailleront à remonter les voûtes de Pierre. « Incroyable », lâche le président avant de demander aux techniciens d’Europe échaudage si on connaît un autre chantier avec autant de structures de fer ?

Au passage, au cours de la visite, Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, a offert au président et — par diplomatie — au général, une maquette de ce que pourrait être le futur coq qui sera monté au sommet de la flèche, à plus de 96 mètres. Encore faudra-t-il l’aval des différentes commissions du patrimoine.

« À chaque fois que je reviens, je vis cette émotion »

« On a tous en mémoire, il y a trois ans, ce que l’on a vécu. Et je crois que l’incendie de Notre-Dame a été une immense émotion pour les Parisiens et les Parisiennes, pour tous les catholiques du monde entier, a souligné au cours de sa visite Emmanuel Macron. À chaque fois que j’y viens, je revis cette émotion. De voir l’avancée extraordinaire, de tous les producteurs en France qui apportent les pierres, le bois et qui sont mobilisés prouvent que tout cela avance… »

Car c’est bien de toute la France que les 1 000 chênes nécessaires à la restitution de cette flèche, du transept et des travées adjacentes sont en cours de sciage. En même temps, la restauration des chapelles avance. Quant au grand orgue, il est en restauration en Corrèze, dans l’Hérault et le Vaucluse. Dans tout le pays, des artisans et des spécialistes s’affairent. Une belle carte postale de talents en pleine campagne…

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,330SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Latest Articles